Titel 5 Wettbewerb

C’est la quatrième fois déjà que j’ai l’agréable mission de diriger le concours des SWISS CHEESE AWARDS. La diversité, la qualité et l’originalité des fromages suisses m’enchantent et je me réjouis des nombreuses rencontres passionnantes avec des amateurs de fromages passionnés venus du monde entier.

alinéat 5 - 21 september 2018

J’ai eu la chance d’assister à l’histoire de réussite des SWISS CHEESE AWARDS depuis leurs débuts. Lors de la première édition du concours à Berne en 2001, il y a bien évidemment eu aussi des critiques. Quelque 171 fromages avaient été présentés au concours. Toni Schmutz et Fred Hofer avaient développé celui-ci sur le modèle des British Cheese Awards. Cette année, le concours se tient pour la onzième fois déjà et enregistre un nombre record de fromages inscrits (plus de 970). Nous avons donc bien sûr aussi besoin d’un nombre record de membres du jury (32 groupes de jurés composés chacun de cinq membres). Comment expliquer ce succès ? Pour moi, il y a quatre raisons :

  • La branche fromagère suisse a énormément progressé en matière de force d’innovation et d’orientation vers le marché.
  • On ne gagne pas par hasard. Les vainqueurs sont toujours des professionnels chevronnés. Le concept, qui a été conservé pour l’essentiel depuis son introduction, garantit un concours équitable. Les membres du jury fournissent un excellent travail. Le fait de devoir procéder à une appréciation subséquente commune et d’arriver à un consensus si l’écart des appréciations individuelles est supérieur à 1 point dans une position a notamment fait ses preuves.
  • L’organisation du concours est toujours excellente. L’équipe de FROMARTE réalise à chaque fois un tour de force pour accomplir de véritables miracles. Je suis toujours épaté qu’au final, tout s’assemble en une œuvre formidable. Un tel résultat n’est possible qu’à grand renfort d’organisation personnelle, de sens des responsabilités et de confiance.
  • C’était une décision judicieuse de toujours organiser les SWISS CHEESE AWARDS dans une autre région de Suisse. Le grand engagement des organisateurs locaux contribue également au succès du concours.

À ce jour, je n'ai été fortement sollicité qu’une fois en tant que responsable du concours. Lors de ma première participation en 2012 à Bellinzone, nous saisissions les résultats par voie électronique et la base de données s’est effondrée sous l’avalanche de résultats, ce qui a provoqué une grosse pagaille. Il a fallu faire preuve d’un grand sang-froid. Nous avons finalement réussi à récupérer les résultats et à élire les dignes champions. Je suis certain que nous n’aurons pas à faire face à une situation aussi exceptionnelle à Lucerne, parce que la saisie des résultats se fera également sur des formulaires papier.

Cette année encore, j’aurai la chair de poule en regardant une halle remplie de presque 1000 fromages de qualité, joliment présentés, et les 160 membres du jury, tous dans la même tenue, concentrés sur leur travail. Je m’en réjouis !

 

L’auteur : Hans-Peter Bachmann a grandi à Cressier, dans le canton suisse de Fribourg, où ses parents fabriquaient de l’Emmental dans une fromagerie villageoise typique. Il a étudié les sciences alimentaires à l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et obtenu un doctorat sur le thème du comportement des bactéries potentiellement pathogènes dans les fromages à pâte dure et mi-dure au lait cru et thermisé. Depuis plus de 20 ans, il est chef de projet scientifique pour la qualité du fromage et les cultures microbiennes auprès de la station de recherche Agroscope à Liebefeld. Il est responsable du concours des SWISS CHEESE AWARDS depuis 2012. Autor 5 hpb

Titel 4 Tomme Fleurette

Ma passion pour le métier de fromagère m’a été transmise par père, Michel Beroud. J’y allie la tradition artisanale à l’invention et à l’élaboration de nouvelles créations. C’est ce qui rend mon métier si vivant.

alinéat 4 - 19 september 2018

J’ai grandi avec le fromage. Mes parents tenaient la fromagerie avec magasin à Rougemont, dans le canton de Vaud. Ils travaillaient tous les jours, ce qui était tout à fait normal. C’était tout aussi normal pour ma sœur et moi-même de les aider. Petite fille, j’enfilais mes bottes pour aider mon père à la réception du lait. Nous aimions bien faire ça. C’était ma passion, et j’en ai fait mon métier après le gymnase.

Mon père ne m’a pas uniquement transmis son savoir-faire. Il m’a surtout enseigné l’amour du métier, c’est-à-dire le plaisir de faire ce que l’on fait. Il m’a également appris à avoir un regard critique envers nos propres produits. Il en est né un fromage unique dans la fromagerie de mon père, la Tomme Fleurette, avec laquelle il a remporté les premiers SWISS CHEESE AWARDS en 2001 et qui lui a valu de nombreuses distinctions.

Mon père est mon exemple, c’est clair. Mais j’essaie d’éviter les comparaisons et de suivre ma propre voie. Pour moi, il est essentiel de perpétuer les traditions. En fin de compte, les innovations sont le fruit des traditions. Et les nouvelles créations rendent mon métier absolument passionnant. Le Galait, le premier fromage que j’ai élaboré avec mon mari, est un fromage à pâte molle crémeux à base de lait cru, à l’arôme fin et délicat. Nous nous procurons le lait cru de non-ensilage auprès de cinq paysans de la région, dont les vaches paissent à plus de 1000 mètres d’altitude.

La diversité de mon métier me fascine. Une seule matière première, le lait cru, donne naissance à une multitude de fromages différents. Je pense que, comme le vin, le fromage est un produit du terroir. La matière première, la région et les mains des personnes qui le fabriquent en font un produit unique. De nombreux facteurs comme la qualité du lait ou la température sont déterminants pour le fromage. C’est comme en cuisine.

Nous participons bien sûr aux 11es SWISS CHEESE AWARDS à Lucerne. C’est un événement national, une grande fête sur le thème du fromage. Le concours nous permet d’avoir un avis critique sur nos produits. Cela nous donne l’opportunité de sans cesse nous améliorer.

 

L’auteure : Agnès Spielhofer Beroud, 30 ans, a étudié la technologie alimentaire et dirige avec son époux Florian Spielhofer l’entreprise O’Lait, spécialisée dans la production de fromages, aux Pontins dans le Jura bernois. Ensemble, ils développent de nouveaux fromages à pâte molle comme le Galait. Agnès travaille également dans la fromagerie de son père, Michel Beroud, qui produit notamment la célèbre Tomme Fleurette et d’autres fromages à pâte molle. www.olait.ch Autor 4 asb

moireau1

J’adore le fromage suisse. C’est une réelle passion. Et l’assortiment de fromages que je propose dans mon magasin en est la preuve. Je suis par conséquent ravi de participer une troisième fois aux SWISS CHEESE AWARDS en tant que membre du jury et du super-jury.

alinéat 3 - 7 september 2018

Les SWISS CHEESE AWARDS sont un événement spécial à mes yeux. C’est un grand honneur d’y participer et c’est une belle opportunité de découvrir de nouveaux produits, de rencontrer des connaissances et d’échanger avec des spécialistes du fromage venus de Suisse et de toute l’Europe. J’ai été juré dans la catégorie des «Innovations en matière de fromage» deux fois déjà. Il s’agit d’évaluer des fromages qui ne sont pas encore sur le marché ou qui ne sont commercialisés que depuis deux ans. Dans cette catégorie, on découvre de nouvelles tendances et des idées innovantes ainsi que les spécialités fromagères de demain. Je ne sais pas encore dans quelle catégorie je serai juré cette année, je l’apprendrai le jour du concours.

Comment se fait-il qu’un Belge se passionne pour le fromage suisse? Lors de vacances dans le canton de Vaud, j’ai découvert des fromages d’exception. J’ai été particulièrement séduit par L’Etivaz AOP, ce fromage d’alpage vaudois de caractère à base de lait cru, dont je suis devenu l’ambassadeur. Il est porteur de tradition et d’authenticité, les valeurs de la région. C’est simple: le fromage est ma grande passion. Je suis constamment à la recherche du meilleur fromage, en quête de la perle rare. C’est ce qui me fait avancer. Plus qu’une passion, c’est presque une obsession.

Pour dénicher cette perle rare, le concours repose sur des critères de sélection bien précis. Nous évaluons différents aspects du fromage, tels que le goût, l’arôme, la structure et l’apparence. L’expérience, le savoir-faire et les sens sont très utiles pour accomplir cette tâche. Chaque juré évalue les fromages individuellement, puis l’équipe de jurés se lance dans des débats animés. Le résultat de ces délibérations détermine l’avenir du fromager ou de la fromagère, car la médaille est synonyme de succès.

Les SWISS CHEESE AWARDS sont uniques en leur genre: les exigences élevées en matière de qualité vis-à-vis des producteurs de fromage, les critères stricts, l’organisation exceptionnelle et l’équipe intègre distinguent cet événement des autres concours. Mais c’est aussi la bonne humeur, toujours au rendez-vous malgré la tension, la concentration et la rigueur, qui en fait un événement si spécial.

 

L’auteur: Philippe Moreau est fromager et affineur. Il dirige sa propre fromagerie, «Le Birous», à Liège en Belgique, et a remporté en 2010 la médaille d’argent du concours «Premier Fromager de Belgique». Philippe Moreau est membre du jury de La Ligue des Fromagers Extraordinaires, juré dans divers concours et, depuis 2014, membre du jury et du super-jury des SWISS CHEESE AWARDS. PhMoireau3